Accueil - Salle de presse - Archive - Dossier de presse

Salle de presse

« Retour

On ne vous oubliera pas

La Dépêche, Moissac, le 10 avril 1996

CONGRÈS au Hall de Paris
ON NE VOUS OUBLIERA PAS

par Bertrand Chomeil 

Tout simplement génial! La Troupe des Dérives Urbaines et son congrès a littéralement envoûté les 150 spectateurs du Hall de Paris.

Ce jeu-spectacle d'André Rousseau a pour but d'impliquer le public dans l'action théâtrale. Alors, vendredi soir, les Moissagais se sont métamorphosés en fervents adhérents de l'Alliance Internationale Poldave, une association désireuse de "redonner la mémoire au monde". Tout un programme... électoral bien sûr.

Car cinq candidats se présentent à la présidence de l'association. Chacun expose ses intentions plus ou moins louables pour protéger la mémoire. Après chaque discours, les spectateurs votent. Là où cela devient fabuleux, c'est que les candidats font tout pour conquérir leur clientèle. Tout est permis. Assis au milieu des spectateurs, ils usent à merveille de la calomnie. Tout doucement, avec un beau sourire, ils chuchotent à votre oreille une phrase gorgée de fiel sur leurs opposants. Un vrai délice.

Et puis, il y a la presse. Danny le caméraman attitré de Paoline Delyon, journaliste vedette de la radio télévision poldave, fait preuve d'une impudeur incroyable. Il est partout. Il bondit dans les tribunes, sur la scène. Le pouvoir de l'image...

Vendredi soir, les politiciens n'ont pas fait recette. Jaunet, le vieux roublard; Emma Brown, trop éprise de vérité; Levert, l'éternel jeune loup, ont tous été éjectés. Pourtant, Louis Levert ("avec Levert, c'est super!" "Avec Levert, c'est clair!") fait preuve d'un réel sens des relations publiques. Cela n'a pas suffi.

Il restait en lice Nadia Larose et son slogan ô combien prometteur : "Avec Larose, on ose!". Comédienne, accro de la fête, elle a vampirisé bien des Moissagais. Reste que la pulpeuse créature a dû s'effacer devant le savant fou. Aventurier, scientifique, expert es mémoire, il a savouré son succès avant..., d'oublier son discours final (et l'intervention diabolique du président d'élection jusque là d'une impartialité à toute épreuve). Nous c'est certain, on n'oubliera pas.